C’est quoi, le pollen?

Récemment, je vous parlais du nectar des fleurs. Nous avons vu de quoi il était composé, d’où il sortait, à quoi il servait… Je ne sais pas vous, mais moi je veux en savoir encore plus! On nous dit toujours que les insectes viennent chercher du nectar mais qu’ils s’intéressent aussi au pollen. Ou, du moins, qu’ils le font voyager et que c’est bon pour les plantes. Ah bon, mais pourquoi? (Je fais bien la fausse ingénue? Winking smile) C’est quoi, le pollen? A quoi ça sert?

A quoi ressemble le pollen?

L’origine du mot est grecque, il signifie “farine”, “poussière”. Je pense qu’il n’y a pas de surprise pour vous : cela vient du fait que le pollen se présente sous forme de poudre. Il est composé de minuscules grains qui sont plus souvent ou moins ovales, un peu comme un œuf. Leur diamètre est seulement de quelques dizaines de micromètres (on dit généralement entre 20 et 55). Moi non plus, ça ne me parle pas trop, les micromètres! Je sais juste que ça s’écrit µm (et qu’il faut taper sur la touche alt et composer 0181 pour l’écrire avec un clavier!) Je peux aussi préciser qu’un micromètre est un millième de millimètre. Là, vous vous dites “OK, on a compris, c’est tout petit et on le savait déjà!” Vous avez raison, passons à la suite…

Les grains de pollen peuvent être de différentes couleurs en fonction de la plante d’où ils proviennent. Il existe du pollen blanc, rouge, noir, vert, gris, rose, orange, brun…mais c’est le jaune qui est la couleur la plus représentée. Une espèce de plante produit du pollen d’une seule couleur. Cela ne correspond pas à la couleur de sa fleur : une fleur violette peut fabriquer du pollen jaune, par exemple.

Le pollen qui s’achète en pot comme la photo ci-dessous nous le présente est sous forme de pelotes. Celles-ci sont réalisées par les abeilles domestiques qui mélangent les grains à du nectar régurgité. Chaque pelote contient quelques millions de grains de pollen collés ensemble. Ben oui, on a dit que c’était minuscule!

grains de pollen

 

L’enveloppe d’un grain de pollen peut être lisse mais aussi, selon les plantes, parsemée de crochets, d’épines, d’aiguillons, d’alvéoles… Ces aspérités permettent au pollen de mieux s’accrocher aux insectes et sont très utiles aux chercheurs qui veulent déterminer son origine. Les experts, vous connaissez? Winking smile Cette couche externe, appelée exine, est d’une très grande résistance. Elle permet de protéger les cellules. Sauf cas rare et selon les milieux, elle peut mettre des années avant de se décomposer. On a même retrouvé en Suisse des grains de pollen vieux de 240 millions d’années! Bien sûr, seule l’exine survit, l’intérieur des grains meurt rapidement.

La science qui étudie le pollen (et les spores) est la palynologie et celle qui s’occupe du pollen fossilisé la paléopalynologie.

Allez, je sais que vous voulez voir du pollen de plus près! Regardez cette photo qui présente des grains provenant de différentes fleurs. C’est joli, vous ne trouvez pas?

grains de pollen au microscope (mélange)

Petites précisions : il s’agit de pollen de tournesol, de volubilis, de rose trémière, de lys, d’onagre et de ricin commun qui a été agrandi 500 fois. L’image originale, prise avec un microscope, est noir et blanc et a été colorisée.

Où se situe le pollen?

Je vais être plus précise pour ceux que cela intéresse mais il faut surtout retenir que le pollen est situé au bout des étamines.
Les étamines sont les organes mâles de la fleur et ce sont elles qui produisent le pollen. A leur extrémité se trouvent des espèces de bourses que l’on appelle
anthères. Ces anthères sont généralement divisées en deux parties, en deux thèques, qui contiennent chacune deux sacs polliniques. Voici une petite photo que vous pouvez agrandir en cliquant pour illustrer tout ça. Il s’agit d’une fleur d’anémone dans laquelle on voit de nombreuses étamines (les tiges se terminant par un truc qui ressemble à un grain de café).

étamine d'anémone, filet, anthère, thèque, pollen

 

Quand ils sont matures, les sacs polliniques fusionnent entre eux dans chaque thèque que l’on peut également appeler loge.
Lorsque c’est le moment, les anthères s’ouvrent, les deux sacs se déchirent et le pollen s’échappe. On parle de
déhiscence, mot scientifique pour dire que les anthères rompent spontanément.

Le rôle du pollen pour la plante

On n’a pas encore parlé de l’intérieur du grain de pollen. Il est composé de deux cellules qui ne sont pas cloisonnées : une cellule végétative qui assure la survie du grain grâce à ses réserves et une cellule reproductrice. Celle-ci est bien plus petite et se situe dans un “petit coin”, près de la paroi, tandis que la cellule végétative occupe presque tout l’espace. Je pourrais vous faire un schéma, mais, franchement, je n’en n’ai pas le courage! Je vous propose, à la place, de consulter celui-ci.

On pense souvent que le grain de pollen est la cellule reproductrice mâle de la plante. Ce n’est pas tout à fait ça. En fait, c’est lui qui fabrique cette cellule. A un moment, la cellule reproductrice migre vers la cellule végétative et se divise en deux. Ainsi, le grain de pollen produit puis abrite deux gamètes mâles. On pourrait donc un peu le comparer à un testicule et ses gamètes à des spermatozoïdes.

Lorsque les anthères s’ouvrent et que le pollen s’échappe, une partie s’abîme et se perd. Les grains viables ont entre 2 et 5 jours pour pouvoir germer. Ils doivent atterrir sur le pistil d’une fleur de la même espèce pour que cela arrive.

Si c’est le cas, le tube pollinique sort du grain. Alors là, si vous avez tout suivi, vous devez vous dire “N’importe quoi, je croyais que l’enveloppe du grain de pollen était super méga résistante!”. Oui, vous avez tout à fait raison! En fait, il y a tout de même 2 ou 3 points plus fins sur la surface de l’exine afin de permettre au tube pollinique de se déployer vers l’extérieur. Parfois, il s’agit même de petits trous, de pores. Il faut bien que des connexions chimiques puissent avoir lieu, de toutes façons!

Si ça se passe bien, le tube pollinique va servir de tunnel aux gamètes mâles mais je m’arrête là parce que je vais pas tout dire maintenant! On verra dans un autre article comment se passe vraiment la fécondation.

L’utilité du pollen pour les autres

abeille et pollen

 

Pourquoi les animaux s’intéressent-ils au pollen? Ils n’ont pas conscience de participer à la reproduction de la plante et ils ont d’autres chats à fouetter, comme la survie de leur propre espèce. La plupart des insectes butineurs se nourrissent de ce pollen qui est riche en protéines et qui complète le nectar riche en sucre. Certains le ramènent à la maison ; nous avons déjà vu comment les abeilles domestiques s’y prenaient. C’est souvent pour le donner à leur progéniture. La plupart des larves ont un grand besoin en protéines (mais elles ne consomment pas forcément du pollen, certaines mangent des animaux).

Attention, il n’y a pas que la famille des hyménoptères (bourdons, abeilles…) qui est concernée. Le pollen régale aussi certaines araignées, des acariens, des mouches, des coléoptères comme les coccinelles…

Et nous, me direz-vous? Alors, d’abord, une petite pensée pour tous ceux qui sont allergiques au pollen et qui souffrent chaque printemps… Je suis  de tout cœur avec vous… Et je croise les doigts pour que cela ne m’arrive jamais…

 allergie au pollen

Cela me fait penser à une chose. Pour préparer notamment les médicaments qui désensibilisent les personnes allergiques, on récolte le pollen. Apparemment, c’est un marché en pleine expansion. Je ne l’ai jamais vu faire de près mais j’ai déjà vu les engins utilisés pour cela. En effet, je me suis déjà retrouvée sur la route derrière de drôles de tracteurs-camions ultra modernes. Je les ai aussi repérés dans des chemins menant à des champs. J’ai mis du temps à savoir à quoi ils servaient. En fait, ils sont munis de chaque côté de gros tubes étranges qui sont des aspirateurs à pollen. Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus mais je sais qu’ils passent très tôt le matin. J’imagine qu’il faut arriver avant que les  grains ne se dispersent.

pollen en pot

Lorsque nous, humains, consommons le pollen, il est généralement sous forme de pelotes puisqu’il a été récupéré dans des ruches. Il  est alors composé de nombreux éléments intéressants :

  • de l’eau
  • des protéines végétales (environ 25%) dont des acides aminés essentiels
  • des glucides
  • des lipides dont des acides gras essentiels
  • différentes vitamines
  • de la provitamine A
  • des oligo-éléments et des minéraux
  • des ferments lactiques
  • des levures
  • et encore plein d’autres bonnes choses…

Le pollen est donc considéré comme un superaliment.

Bon, on commence à savoir plein de choses sur les plantes à fleurs (les angiospermes)! C’est chouette, non? Allez, je vous dis tout : la prochaine fois, on s’intéressera au butinage. Et puis, on parlera aussi des organes femelles par la suite. Lorsqu’on verra plus précisément comment se passe la reproduction de ces plantes, on aura déjà bien avancé sur le sujet et on comprendra tout du premier coup!

Vous avez déjà goûté au pollen, au fait? Moi oui, je me souviens que quand j’étais enfant mes parents en achetaient parfois pour en faire des cures. D’ailleurs je me pose une question et, comme je sais que certains d’entre vous sont concernés, j’espère que vous me répondrez en commentaire. Lorsqu’on est allergique au pollen, est-ce qu’on peut quand même consommer les pelotes préparées avec amour par les abeilles?

Crédits photos : photos libres de droit

6 thoughts on “C’est quoi, le pollen?

  1. Faire des cures de pollen…? Goûter du pollen…??? Non mais allo, quoi!!!???

    1. Madame Crocro n’a jamais vu de pots de pollen? C’est pourtant très courant! Beaucoup d’apiculteurs en vendent et on en trouve dans différentes boutiques.
      Mes parents en faisaient des cures alors qu’ils ne sont pas du tout baba cool! 🙂

  2. Le pollen est excellent, tu as tout a fait raison de le souligner.

    La récolte du pollen se fait via des trappes à pollen que l’on place à l’entrée des ruches. Cette trappe va racler les pâtes des abeilles pour récolter la pelote.
    Malheureusement cette technique gênent les abeilles les font travailler pour rien car elles ont fait un voyage dans le vide .

    A utiliser donc avec modération 🙂

    1. Merci de tes précisions, Julie! 🙂

      Je pensais qu’on se contentait de ramasser les pelotes que les abeilles laissaient tomber par mégarde à l’entrée de la ruche mais j’étais naïve ! En fait, c’est comme le miel, on leur prend une partie du fruit de leur travail… donc c’est mieux de faire ses emplettes auprès d’un apiculteur que l’on connaît et qui respecte ses abeilles.

      Je précise que Julie connaît bien le sujet puisqu’elle tient le blog je-fabrique-mon-miel.com !

  3. Pour répondre à ton interrogation, moi qui suis allergique à -à peu près- tous les pollens, je n’ai aucune réaction lorsque j’ingère ces fameuses pelotes (mais bon je dois avouer que je n’aime pas non plus). Mais souvent, les allergies sont liées aux voies respiratoires et lorsque l’on mange la trachée se ferme et donc le pollen tel quel ne rentre pas dans les voies respiratoires mais uniquement dans le réseau digestif…
    Enfin je ne sais pas si je suis très claire (je ne suis pas spécialiste dans la rédaction d’article de blog ;p) et cette explication n’est le reflet que de mon unique pensée.

    1. Merci de ton témoignage, Marine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.