Défi “Sorties nature” 2018 (n°5) : Le muséum d’histoire naturelle de Dijon nous abrite!

Je veux réussir mon défi “Sorties nature” mais ce n’est pas toujours simple! En vacances en Bourgogne, j’ai changé un peu de style et j’ai visité le muséum d’histoire naturelle de Dijon. Smile

Sortie n°5 : Visite du muséum d’histoire naturelle de Dijon

Muséum d’histoire naturelle de Dijon (clic), Dijon (Côté d’Or), entrée gratuite

Déroulement :

Je suis partie en vacances près de Dijon avec une amie et ses deux enfants (un bébé de 8 mois et un garçon de presque 7 ans). Je voulais visiter les Hospices de Beaune et c’est chose faite! Regardez comme c’est beau!

Hospices de Beaune

Comme il n’y avait pas de sortie nature organisée dans les environs, j’ai cherché un lieu en rapport avec la nature et susceptible de plaire à tous. Vous l’avez compris, c’est vers le muséum d’histoire naturelle de Dijon que je me suis tournée.

En fait, plusieurs entités sont réunies dans le Jardin des Sciences de Dijon :

  • un muséum d’histoire naturelle
  • un jardin botanique
  • un planétarium

J’imagine que vous l’ignorez mais Dijon est considérée comme l’un des villes les plus vertes de France d’Europe.

Depuis des années, des tas d’initiatives écolo y sont menées. Un plan biodiversité y a été mis en place. Les habitants sont vivement encouragés à participer sous la forme de diverses actions qui vont de recenser les plantes sauvages ou les insectes présents dans leur rue jusqu’à adopter un pied de mur ou un pied d’arbre pour y planter des fleurs! J’ADORE! Red heart Red heart Red heart Le slogan est “Dijon, c’est ma nature! J’agis pour la biodiversité!” Si vous êtes un petit curieux qui veut se renseigner ou un élu local qui souhaite s’en inspirer (oui, on peut rêver!), vous trouverez toutes les informations ici.

 

Revenons à notre sortie de la semaine. Nous sommes arrivés en fin de matinée. Première bonne surprise : nous avons pu nous garer facilement, à quelques rues de là, sur un stationnement gratuit (rue Joliet, je me souviens). Deuxième bonne nouvelle : l’entrée du muséum d’histoire naturelle de Dijon était gratuite. C’est le cas de tous les musées de la ville. Cool, non?

Nous avons visité le muséum en une bonne heure. Nous sommes passés assez rapidement dans les premières salles qui retracent l’histoire de la géologie régionale. Je voulais garder de l’énergie et de la concentration pour la suite qui concernait la biodiversité.

Nous avons pris bien plus de temps au 1er étage où de nombreux animaux naturalisés sont présentés avec quelques informations pour certains d’entre eux. Pour moi, ces salles ont été les plus intéressantes. Elles m’ont permis de me rendre compte de la taille de certains sujets et, surtout, elles m’ont servi d’entraînement! J’ai pu voir de près des spécimens de chauves-souris (présentées ici), de buses, de chouettes (comme la chevêche d’Athéna)… J’ai révisé toutes mes connaissances, surtout celles sur les oiseaux que j’apprends à reconnaître petit à petit. Avant de lire le nom de l’animal, j’essayais de le deviner. Facile pour le sanglier ou la sitelle torchepot (mais si, rappelez-vous, je vous en ai parlé ici, l’oiseau qui avance la tête en bas!). Plus compliqué pour la martre (évoquée ), le circaète Jean-le-Blanc (rapace qui se nourrit surtout de serpents) ou la silure (gros poisson d’eau douce). Beaucoup plus compliqué pour la bergeronnette grise ou la rousserolle effarvatte.

En plus de cette faune locale, le muséum d’histoire naturelle de Dijon présente les animaux de la montagne ou du bord de mer. On arrive ensuite aux animaux exotiques qui, du coup, m’intéressaient moins. Le 2ème étage était fermé mais nous avons aperçu des singes donc il doit être le prolongement des dernières salles du 1er. Retour en bas pour la fin du parcours qui est consacrée à la théorie de l’évolution des espèces et à l’entomologie. Là, honnêtement, nous n’étions plus trop en mesure de lire les explications. En plus, il n’y avait aucun siège pour se poser un peu et ça nous a manqué. A force de piétiner, on a envie de s’asseoir!

Nous sommes ensuite sortis dans le jardin. J’ai oublié de préciser une chose importante : c’était jour de canicule! Confused smile C’est aussi pour cette raison que nous avions choisi un musée, nous voulions nous mettre à l’abri! Nous avons pique-niqué à l’ombre et c’était presque agréable car, de temps en temps, un léger souffle de vent nous rafraîchissait.

Après un petit temps calme, j’ai accompagné le fils de mon ami au planétarium Hubert Curien. Plusieurs expositions permanentes évoquaient le système solaire, l’Univers et la création de la Terre. Une jolie exposition temporaire parlait des graines. L’intérêt du planétarium, c’est sa salle de projection en forme de dôme! Nous y avons regardé un film mais, malheureusement, aucun des courts-métrages proposés ce jour-là ne parlait de la nature. Là, il s’agissait d’un film d’animation qui se passait dans l’espace. C’était sympathique mais on n’y apprenait pas grand-chose. Et quelle frustration pour moi qui suis fan des planétariums! J’adore qu’on me montre les étoiles, j’aime que l’on m’explique ce qui se passera dans le ciel la nuit prochaine, je m’extasie devant les constellations que l’on me présente… Là, c’était le dessin animé et rien d’autre! Sad smile

Nous avons pris le goûter tous ensemble dans la seule salle de l’établissement (très chaude) où l’on avait le droit de consommer des boissons et de la nourriture. Oui, vous avez bien compris, on nous avait fait la leçon à l’entrée! Ici, on ne boit pas dans les salles! Quelle bonne idée, surtout un jour de canicule!

Je me suis retrouvée seule avec le bébé de mon amie pendant qu’elle accompagnait son fils pour un 2ème petit film au planétarium. J’avais hâte de voir le jardin botanique de plus près! Euh…comment vous dire? Je l’ai traversé au pas de course vu la chaleur de folie! Je n’apprécie pas du tout les grosses chaleurs (ça se sent dans cet article? Winking smile) et, en plus, j’étais responsable d’un bébé qui transpirait à grosses gouttes. J’ai tout de même avancé jusqu’à la roseraie mais elle était en plein soleil. J’ai donc fini sur un banc, à l’ombre, une bouteille d’eau dans la main gauche et un brumisateur dans la main droite!

A écrire ces mots, je sens monter une frustration en moi. J’aurais peut-être pu faire un effort et essayer de lire quelques panneaux ou observer des végétaux? Non, je ne peux pas m’en vouloir, c’était impossible sur le moment. J’ai quand même jeté un œil sur des panneaux. Ils présentaient les vignobles du coin et cela ne m’intéressait pas. Un autre exposition parlait des pollinisateurs. Super sujet! Mais je savais qu’elle était en ligne sur le net et que je pourrais la lire tranquillement, au frais.

J’ai tout de même pris le temps pour quelques photos :

 

massif de fleurs, jardin botanique de Dijon

 

 

plate-bande, jardin botanique de Dijon

 

hôtel à insectes, Dijon

 

 

jardin botanique de Dijon

 

 

jardin botanique de Dijon, bis

J’ai trouvé du vert à photographier mais l’on voit bien sur certaines images qu’une partie des végétaux est grillée!

Avez-vous remarqué la mauvaise tête du buis qui a été attaqué par un papillon d’origine asiatique, introduit accidentellement en France en 2008, la pyrale du buis? Ses chenilles mangent tous les buis et font des ravages dans presque tous les départements de la métropole! Vous ne voyez pas de quoi je parle? Regardez de plus près les buis de Dijon :

buis attaqué par la pyrale du buis, jardin botanique de Dijon

J’avoue que je ne comprends pas pourquoi les buis n’ont pas été traités dans ce grand jardin botanique. Il existe une bactérie (bacillus thuringiensis) qui tue les chenilles sans polluer le sol, par exemple. Parfois, il faut agir! On a sauvé les buis de mes parents l’an dernier grâce à ça.

Il n’empêche que ce papillon de nuit est magnifique :

papillon pyrale du buis

 

Et vous avez vu l’hôtel à abeilles de compétition? A Dijon, on ne plaisante pas avec les abeilles! L’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française) a d’ailleurs récompensé toutes les initiatives de la ville en lui décernant le label APIcité 3 abeilles qui correspond à “démarche exemplaire”. Bravo Dijon!

Sur la photo, il s’agit d’un abri pour abeilles solitaires et autres insectes. Rassurez-vous, les abeilles domestiques n’ont pas été oubliées puisqu’une centaine de ruches sont disséminées dans la ville. Dijon produit ainsi son propre miel! On peut le déguster lors de certaines fêtes ou l’acheter à l’office de tourisme. Et comme les Bourguignons ne font pas les choses à moitié, chaque acheteur de miel se voit offrir en prime un sachet de graines de plantes mellifères à semer! Les plantes mellifères sont celles qui produisent beaucoup de nectar (matière première du miel).

Bilan :

Cette sortie au muséum d’histoire naturelle de Dijon était originale par rapport aux autres et n’a pas été la plus riche en terme d’apprentissage, vous l’avez compris. Elle s’est surtout transformée en un super exercice de révision de reconnaissance d’animaux. Les conditions n’étaient pas réunies pour que nous tirions réellement profit de toutes les informations délivrées. Ce n’est pas grave, j’ai tout de même apprécié cette journée.

3 des choses que j’ai apprises lors de cette sortie :

  • Quand il fait chaud, il faut boire beaucoup d’eau.
  • Le soleil c’est bien, l’ombre c’est mieux.
  • La canicule tue l’énergie des touristes.

Désolée mais ça représente tellement ce que l’on a vécu!  Open-mouthed smile Open-mouthed smile Open-mouthed smile 

Bon, je pense que je ne vais pas être contactée pour la prochaine campagne de pub du muséum d’histoire naturelle de Dijon! Winking smile Mais je n’ai pas dit mon dernier mot! Notre séjour a été raccourci donc il y a de grandes chances pour que je retourne dans ce coin en 2019.

En tous cas, un IMMENSE bravo à la ville de Dijon pour son engagement pour la biodiversité! Ils ont tout compris! Espérons que d’autres cités suivront cet exemple!

Et vous, vous avez déjà visité le muséum d’histoire naturelle de Dijon? Vous connaissez cette ville? Vous avez des endroits à conseiller? Ou vous avez peut-être des astuces géniales à partager pour mieux supporter les jours de canicule? N’hésitez pas à écrire! Smile

Crédits photos : photos personnelles sauf la dernière qui est de Pierre Bornand et qui a été téléchargée sur le site flickr.com (photo recadrée par mes soins)

4 thoughts on “Défi “Sorties nature” 2018 (n°5) : Le muséum d’histoire naturelle de Dijon nous abrite!

  1. Je confirme que la chaleur a un peu raccourci la promenade dans le jardin botanique qui avait l’air beau et que tout le monde suait à grosses gouttes (pas seulement le bébé). Cela rend la visite plus glamour, non?
    Nous ne sommes pas des experts dans le domaine des animaux alors de notre côté nous avons appris à reconnaître plein de nouveaux animaux pendant cette visite au muséum . Je suis fière de dire que je connaissais la martre avant Flore, cela n’arrive pas souvent!!
    Vivement la prochaine sortie nature avec toi, Flore…

    1. Merci pour le commentaire!

      Tu as reconnu la martre avant moi, Flo? C’est bizarre, j’ai totalement oublié ce moment! 🙂 🙂 🙂

      La prochaine sortie nature arrive très vite! 😉

  2. Tu voudras bien visiter le muséum d’Orléans avec moi quand il réouvrira dis …???!!!

    1. Mais bien sûr, Mimi Crocro, il faudra qu’on aille voir ça! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.