Défi “Sorties nature 2018” (n°9) : le cerf est à la maison! (Maison du Cerf)

Moi qui aime beaucoup le spectacle vivant, je vais bientôt me régaler! Je vais passer des soirées un peu étranges, parfois décevantes, souvent impressionnantes, seule ou entre amis… Je vais bientôt rester de longs moments en forêt afin de profiter du concert : le brame du cerf démarre sous peu! Smile

Je ne pouvais pas éviter le sujet donc j’ai programmé une série d’articles sur la biche, le cerf et le brame. Pour accumuler plus de connaissances et pour avancer dans mon défi sorties nature, je me suis décidée à faire une visite sur ce thème. J’ai pris ma voiture et parcouru  quelques dizaines de kilomètres afin de rejoindre la Sologne, ce coin de France cher à mon cœur. Vous ne connaissez pas la Sologne? Il s’agit d’une région naturelle comprise entre la Loire et le Cher (les cours d’eau). En Sologne, les maisons sont en briques rouges et le paysage est composé de forêts et d’étangs. De nombreux animaux profitent de ces espaces naturels. J’y ai vécu enfant et j’en ai gardé de bons souvenirs.

Mais, au fait, pourquoi ce retour aux sources? Pour visiter un lieu jusque là inconnu : la Maison du Cerf!

 

Sortie n°9 : visite de la Maison du Cerf

Maison du Cerf (clic), Villeny (Loir-et-Cher), 5€

Déroulement :

Après avoir admiré l’extérieur du bâtiment qui abrite le musée, je suis entrée. Je pensais qu’il y aurait beaucoup de monde car une grande soirée festive avait lieu pas loin -les Nuits de Sologne- et de nombreuses voitures étaient garées devant le musée. En fait, non, pas un chat. Le monsieur à la caisse m’annonça même que j’étais la première de la journée.

J’ai trouvé l’intérieur du musée très agréable. Un cerf grandeur nature trône au milieu de la salle. Une bande sonore démarre la visite et c’est le cerf lui-même qui se présente. Original!

Maison du cerf rez-de-chaussée

Ensuite, le monsieur qui s’occupait du musée a commencé à me donner des explications. Rapidement, il m’a dit qu’il était bénévole et n’avait pas encore trop l’habitude. Il remplaçait la personne salariée de l’association, Pauline, qui était en weekend. Il m’a raconté la naissance du lieu. Il y a un peu plus de 25 ans, des propriétaires terriens amateurs de chasse ont remarqué que la population de cerfs diminuait dans la région. Ils ont alors pris la décision d’en tuer moins et ont créé le GIC (Groupement d’Intérêt cynégétique du Cosson). Leur stratégie a marché, les cerfs ont commencé à devenir plus nombreux, alors les chasseurs ont ouvert une petite Maison du Cerf à Ligny-le-Ribault. Au début, c’était juste un endroit pour se retrouver et discuter puis elle a été ouverte au public. Au fil des ans, ils ont accumulé des objets, des trophées et la place a fini par manquer. La Communauté de Communes des Etangs a donc acheté un bâtiment plus grand à Villeny et la Maison du Cerf s’est étoffée. La scénographie, que je n’ai pas jugée si vieillotte que cela, devrait être entièrement revue et modernisée dans les prochains mois.

Nous en étions à peu près à ce moment des explications lorsqu’un couple est entré et j’avoue que j’ai apprécié avoir un peu de compagnie! Je ne sais pas si c’est tout le temps comme ça mais, à la Maison du Cerf, on nous a accompagnés partout. C’est bien pour obtenir des réponses aux questions mais c’est un peu gênant lorsqu’on se retrouve en tête à tête avec quelqu’un…

empreintes Maison du Cerf

Il y a peu de temps, quelqu’un m’écrivait que mes sorties nature le faisait sourire car il y avait souvent de petits “couacs”: soirée chevêches d’Athéna dans un village où elles en sont absentes, lac de Grand-Lieu qui apparaît minuscule alors qu’il est en réalité gigantesque… Ici, je dirais que la surprise est venue de l’animateur. Très rapidement, nous avons compris qu’il était chasseur. Rien d’étonnant lorsqu’on connaît l’histoire de la création de ce lieu mais moi, je ne la connaissais pas… J’avoue que je n’avais pas imaginé les choses de cette façon : visiter la Maison du Cerf en étant guidée par une personne qui rêve de lui tirer dessus pour le déguster en civet et rapporter un joli trophée! Confused smile Toute naïve, je venais en prendre plein les yeux sur ce bel animal et partager ma passion pour la faune sauvage!

Je ne vais pas faire un grand discours sur la chasse car je ne maîtrise pas assez bien le sujet. Je suis comme beaucoup de promeneurs, je n’aime pas croiser de chasseurs dans la campagne. Je n’aime pas non plus passer sur la petite route à côté de chez moi le samedi matin en étant encadrée par un tas de petits messieurs assis sur un tabouret, habillés d’un gilet orange et armés d’un fusil. Je trouve que certaines pratiques sont d’un autre âge comme la chasse à courre, par exemple. Et je ne comprends pas que l’on autorise à chasser autant d’espèces d’oiseaux en France alors que les populations diminuent de manière très inquiétante. Maintenant, j’ai conscience que les chasseurs ne sont pas tous des “bourrins” et que certains apprécient réellement le contact avec la nature. Je tente de rester ouverte le plus possible et d’essayer de comprendre ce qui motive les gens… Ce monsieur était sympathique et il a fait de son mieux pendant toute la visite. Il nous a donné des informations sur l’organisation des chasses et j’ai découvert des choses grâce à lui.

panneau chasse Maison du Cerf

Bon, revenons à la Maison du Cerf. Au rez-de-chaussée, de nombreux panneaux explicatifs abordent différents thèmes : le cerf dans la mythologie, l’évolution des bois, le brame, la naissance des petits… Des trophées et différents bois sont notamment exposés. A l’étage, cela continue sur la même lancée avec une présentation des traces laissées par le cerf, de sa mâchoire, de trophées “bancales” (voir plus loin)… Une salle de projection a également été aménagée. Nous y avons visionné le film de Laurent Charbonnier, cinéaste solognot de naissance, intitulé Chambord, Nature’s Palace. Il dure tout de même une petite heure donc il faut avoir du temps devant soi! Comme c’était mon cas et qu’il m’a intéressée, je l’ai regardé en entier. Vous l’avez compris, il parle de la faune dans le parc de Chambord. Il présente les animaux qui évoluent au fil des saisons dans ces 5440 hectares. 

J’ai terminé ma visite en regardant le petit coin boutique que j’ai trouvé agréable avec de la bière locale, du miel de Sologne, de jolies cartes postales, différents livres… Moi, mon truc, ce sont les porte-clés! J’ai craqué et je suis maintenant l’heureuse propriétaire d’un porte-clé en forme de sanglier. Tout le monde ne peut pas en dire autant, non? Winking smile Je ne suis pas une grande fan de peluches mais j’admets avoir adoré celles de la Maison du Cerf qui sont originales et adorables. Ce n’est pas tous les jours qu’on croise un renard, un hérisson ou une chouette effraie en peluche!

Peluches Maison du Cerf

Après cette visite, j’avais envie de me promener et de marcher un peu. J’ai oublié de demander conseil au guide du musée donc je suis partie à la recherche d’un lieu de promenade. Là, vous vous dites peut-être “Pourquoi elle recherche un lieu de promenade alors qu’elle nous a dit que la Sologne était remplie de forêts?” Parce que, cher lecteur, ces belles forêts ne sont pas très accessibles! Malheureusement pour les amoureux de la nature, en Sologne on trouve surtout ça :

forêt privée Sologne1  forêt privée Sologne4  forêt privée Sologne2  forêt privée Sologne3

Je me souviens que cela avait beaucoup déçu mes parents lorsque nous avions déménagé en Sologne, toutes ces propriétés privées. La forêt n’était pas ouverte comme ils le pensaient. J’imagine que les choses ne sont pas arrangées en 30 ans. Et les propriétaires aiment bien installer de hauts grillages ou des grilles au sol qui empêchent le gibier de se déplacer à sa guise. Bonjour la consanguinité chez les animaux!

J’ai fini par repérer un chemin public et j’ai fait mon petit tour en forêt. Enfin, vous l’avez compris, je suis restée sagement sur le sentier qui était la seule partie autorisée.

forêt solognote

C’était joli mais, pour être honnête, je ne me suis pas sentie en totale harmonie avec mon environnement. D’abord, des taons affamés m’obligeaient à maintenir une certaine allure! Ensuite, il y avait du bruit provenant des maisons alentour, celles des grands propriétaires. Enfin, un engin volant motorisé non identifié est arrivé et a fait un sacré boucan pendant un long moment! Malgré tout ça, je n’ai pas boudé mon plaisir et j’ai apprécié cette petite balade.

Bilan :

J’ai passé une bonne après-midi en Sologne et j’ai apprécié découvrir la Maison du Cerf. Cette discussion avec un chasseur m’a apporté un regard différent sur la nature et les animaux qui la peuplent ; j’aime bien connaître la vision d’autres personnes. Ce petit musée est bien aménagé et le bâtiment qui l’abrite est typiquement solognot, ce qui ajoute une touche de charme. Ce lieu a l’air assez dynamique avec des expositions qui se succèdent et des animations qui sont organisées régulièrement. En ce moment, le brame est à l’honneur mais il y a aussi d’autres sorties nature prévues!

Je ne peux pas ne pas faire de dédicace à celui qui a secondé son maître (notre animateur) et qui nous a beaucoup fait rire : Oslo. Ce chiot Springer âgé de 3 mois a mis une ambiance très détendue en tournant autour de nous, en urinant au milieu du musée, en prenant les bois de cerfs pour des os à ronger et en nous léchant les pieds! Smile Ne vous fiez pas à son air sage, c’est un petit rigolo (un chiot, quoi!) :

Oslo, springer anglais, mascotte du jour

3 des choses que j’ai apprises lors de cette sortie :

  • Si un cerf se blesse, il y a des chances pour que cela se voit sur ses bois qui seront déformés. Un problème à une patte gauche pourra avoir des conséquences sur son bois droit, par exemple. Comme il perd ses bois chaque année, les choses redeviendront normales par la suite. En revanche, s’il connaît une blessure génitale ou une malformation, il sera handicapé à vie. On appelle ça les “têtes bizardes”. Un certain nombre de ces têtes bancales sont exposées à la Maison du Cerf :

trophées de cerfs, têtes bizardes

 

  • Savez-vous comment l’on détermine l’âge d’un cerf? Certainement pas par la hauteur de ses bois et le nombre de leurs cors (ramifications des bois)! Pour être certain de l’âge de l’animal, il faut étudier sa mâchoire. Lorsqu’il est jeune, c’est le nombre de dents qui nous renseigne. Après 2 ans, c’est l’usure de la dentition qui doit être étudiée. En effet, les dents des cerfs ne repoussent pas continuellement comme celles des vaches, par exemple, alors qu’ils sont eux aussi des ruminants et qu’ils passent beaucoup de temps à mâcher. Au fur et à mesure, la dentition s’use, et cela devient même un problème pour les cerfs âgés qui peuvent avoir du mal à se nourrir.

mâchoires de cerfs

  • Les bois du cerf sont composés d’os. Tous les ans, au mois de mars, le roi de la forêt perd ses bois. Mais ils ne sont pas perdus pour tout le monde! Ils font le bonheur des petits rongeurs qui sont ravis de trouver une bonne source de calcium.

bois de cerf

Voilà pour une première approche du cerf! Bientôt un article plus complet et des explications sur le fameux brame! Est-ce que vous aussi vous aimez la forêt et cet animal majestueux?

 Crédits photos : photos personnelles

 

2 thoughts on “Défi “Sorties nature 2018” (n°9) : le cerf est à la maison! (Maison du Cerf)

  1. Très bon article. En parlant de cerf, j’ai pensé à toi et à l’article de la Rep parlant des supers endroits pour écouter le brame… je me suis demandée s’ils avaient redonné ton super coin secret 😉

    1. Ce n’est pas du tout un coin super secret puisqu’ils en parlent dans le journal! 😉

      Je ne suis pas encore allée au brame mais ça ne va pas tarder! Youpi! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.