Défi “Sorties nature” 2018 (n°3) : Cherchons les traces!

Le défi “Sorties nature” se poursuit ; je suis super motivée pour l’instant! Smile

Sortie n°3: Pisteur en herbe

île de la Folie, Chaumont-sur-Loire  (Loir et Cher), Conservatoire d’espaces naturels Centre-Val de Loire (clic), 4€ (gratuit pour les adhérents)

Déroulement :

J’ai retrouvé un ami à Chaumont-sur-Loire et nous avons commencé à explorer l’île de la Folie pour trouver où pique-niquer. Nous sommes très vite tombés sur l’endroit idéal : une adorable petite plage au bord de la Loire! Nous avons profité du calme des lieux jusqu’à ce qu’une petite tribu de 6 adultes et 5 enfants nous rejoigne… Nous avons eu cependant beaucoup de chance car tout ce petit monde est resté discret et le charme n’a pas été rompu. Ouf!

Je ne résiste pas et je vous mets une photo!

plage île de la Folie, Chaumont sur Loire

Notre guide du jour nous a accueillis avec bonne humeur bien que nous soyons arrivés légèrement en retard. Je ne sais pas pourquoi, j’avais 14h30 en tête alors que cela débutait à 14h00. Ce qui est drôle, c’est que la grande famille participait également à cette animation… et que les adultes se sont aussi trompés sur l’heure!

Quand tout le monde a enfin été prêt (une quinzaine de personnes), nous avons écouté la présentation des missions du Conservatoire d’Espaces Naturels Centre-Val de Loire. Le CEN acquiert des terrains, procède à des inventaires d’espèces, gère ces espaces protégés, les valorise auprès du public, accompagne les pouvoirs publics et les particuliers dans certains projets… Les fonds du CEN proviennent de différentes subventions.

Notre animatrice a ensuite présenté l’île de la Folie. Nous avons parlé du nom de ce lieu. D’abord, parce qu’on y accède par un sentier classique et que cela semble un peu curieux de parler d’une “île”. En fait, il s’agissait auparavant d’une véritable île mais la Loire a changé de trajectoire et ce n’est plus le cas. Une partie peut tout de même être immergée en cas de crue. L’île de la folie accueille ainsi une forêt alluviale dense et variée. On parle de forêt alluviale parce qu’elle est située près d’un cours d’eau et que les montées des eaux permettent de temps en temps des dépôts de sédiments (sable, gravier, cailloux, limons…) Les forêts de ce type sont les plus riches en terme de biodiversité et, comme elles se font rares, elles sont étudiées et préservées. Et une petite photo :

forêt île de la Folie, Chaumont sur Loire

Ensuite, la question de la “folie” a été posée. Pourquoi ce nom étrange? Le mystère demeure même si plusieurs suppositions ont été faites. Je vous livre la plus originale. En 1898, un maharadjah offrit aux jeunes propriétaires du château de Chaumont-sur-Loire une petite éléphante. Miss Pundji grandit rapidement et devint la mascotte de la ville. Cependant, elle demandait des soins constants et consommait beaucoup de nourriture. Un jour que le fourrage manquait, on l’aurait vue manger au bord de la Loire et les gens auraient dit ‘”C’est complètement fou de voir un éléphant ici!” Voilà pour la petite légende… Smile

La thème de la sortie était le repérage des traces et empreintes laissés par les animaux. Nous avons parcouru quelques kilomètres sur les sentiers et les plages de l’île en essayant d’être attentifs aux indices sur le sol, sur les arbres et en l’air. Nous avons ainsi observé :

  • des crottes de marte (ou martre) et de ragondin
  • des trous faits par des pics noirs dans un tronc d’arbre (photo du haut)
  • des plumes
  • des traces laissées par la queue d’un ragondin et par la queue d’un castor
  • la “salle à manger” d’une famille de castors ainsi que des arbustes dont ils ont coupé des branches (plus d’informations plus loin)
  • des empreintes d’oiseaux
  • des traces d’insectes saproxylophages sur l’écorce d’un arbre (ce sont des insectes qui se nourrissent de bois mort)

En plus de ces traces, nous avons rencontré une femelle lucane cerf-volant, des escargots, des libellules, des chenilles de paon du jour et de nombreux insectes. Nous sommes passés près d’une “boire” (petit bras mort de la Loire qui s’assèche l’été mais qui se remplit d’eau l’hiver). Gare aux moustiques qui voulaient laisser eux aussi des traces…sur notre peau! Winking smile

Bilan :

J’ai beaucoup aimé l’énergie de notre animatrice qui a su faire participer les enfants tout en s’adressant également aux adultes. Elle a tout de suite capté l’attention des plus jeunes en leur prêtant des “boîtes à trésors” qu’ils pouvaient remplir avec ce qu’ils ramassaient. J’ai moins aimé les immenses orties qui me piquaient à travers le pantalon et les moustiques qui me tournaient autour! Smile

J’ai trouvé le début de la marche un peu long parce que l’on ne dénichait pas grand-chose. Je m’attendais à des trouvailles spectaculaires dès le départ! Ma frustration a diminué petit à petit car nous avons tout de même reçu de nombreuses informations. De plus, nous avons terminé sur le plus impressionnant : l’installation des castors!

C’était intéressant d’enchaîner deux sorties en bord de Loire car j’ai retrouvé des plantes et des animaux que j’avais vus la veille, à Fourneaux-Plage. Du coup, ça m’a aidée à retenir des choses! Et puis, je me suis sentie tellement intelligente quand notre guide a donné des informations que je connaissais déjà!

J’espère retourner sur l’île de la Folie et me promener sur les sentiers que nous n’avons pas parcourus lors de cette sortie. Quant à la petite plage, j’en garde un excellent souvenir et serais ravie d’y pique-niquer à nouveau!

Note : Attention, je parle bien d’y pique-niquer et non de s’y baigner. Pour rappel, il est totalement interdit de se baigner dans la Loire car le risque de noyade est élevé.

3 des choses que j’ai apprises sur les traces d’animaux :

  • De nombreux animaux défèquent sur un petit promontoire (une souche d’arbre, un rocher…) afin que l’odeur se propage le mieux possible. Le message : “Ici, c’est chez moi!” (la preuve, c’est là que je fais caca!)
  • Lorsqu’on trouve une plume, eh bien…on trouve une plume! Winking smile A priori, rien de grave, l’oiseau est en train de refaire son plumage.
    Lorsqu’on trouve un petit tas de plumes -on dit une
    plumée– on peut supposer que l’oiseau a passé un très mauvais quart d’heure…et qu’il n’est plus là pour le raconter…
  • Pour essayer de savoir ce qui lui est arrivé, il faut regarder le
  • calamus des plumes. Le calamus, c’est une partie de la “tige” d’une plume, son bout (du côté enfoncé dans le corps). Dans cette partie, la “tige” est creuse.
  • Donc, on observe le calamus. S’il est presque intact, c’est certainement que notre oiseau a été attaqué par un autre oiseau. En effet, les rapaces arrachent les plumes de leurs victimes en les tirant fortement avec leur bec. La “tige” de la plume peut d’ailleurs être pliée à l’endroit où le bec l’a pincée.
    Si le bout du calamus est cassé, abîmé, mâchouillé, c’est probablement parce que notre ami a été dévoré par un mammifère carnivore comme un chat, un renard, une fouine…

 

calamus d'une plume

  • Les castors ne mangent pas à l’endroit où ils dorment. Ils repèrent un lieu riche en végétaux et s’installent une espèce de “salle à manger”. Ils s’y rendent tous les soirs, au crépuscule. Ils sortent de l’eau pour arracher des branches mais y retournent rapidement pour se régaler car ils ne sont pas du tout à l’aise sur terre. S’ils n’ont plus faim, ils laissent les branches dans l’eau jusqu’au prochain repas.
    Voici une photo de leur “réfectoire” et une autre d’un arbuste qui a commencé à servir de nourriture.

réfectoire du castor, île de la Folie

traces castor sur arbuste

Voilà pour mon premier cours d’ichnologie! Ah, je ne vous ai pas dit? C’est la science qui étudie les traces laissées par les animaux sauvages. J’ai hâte de faire la même chose en forêt et de chercher les traces de sangliers ou de cerfs! Et vous, ça vous tente de devenir pisteur? Winking smile

Crédits photos : photos personnelles

4 thoughts on “Défi “Sorties nature” 2018 (n°3) : Cherchons les traces!

  1. Merci beaucoup pour tout le vocabulaire appris!
    Tu nous as dit que tu avais pu répondre à un bon nombre de questions qui finalement étaient en lien avec ta sortie précédente, mais est ce que au contraire en terme de flore, tu as vu des espèces végétales complètement différentes alors que tes 2 sorties se situaient en bord de Loire? Et en termes de faune d’ailleurs ?
    Merci pour la note concernant la baignade! 🙂

    Bonnes vacances à vous, bises!

    PS: Allez vous faire une sortie nature cette semaine ?

    1. Pour les végétaux, je ne sais pas trop car ce n’était le thème central d’aucune des 2 sorties. Ce sont plus les similitudes qui m’ont marquée… On nous a parlé notamment les 2 fois des plantes envahissantes telles les érables negundo ou la jussie.

      Oui, une sortie est prévue cette semaine mais elle aura une forme différente des autres! 🙂

  2. Bon résumé de cette sortie. J’ai beaucoup apprécié de la faire avec toi et lire l’article me remémore certains moments de la ballade. Moi aussi je veux retourner sur cette plage pour pique-niquer 😉

    A Bientôt,

    1. On la reverra un jour, cette plage! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.